“A mes camarades de misères” Jean Maury

Parenthèse : Actuellement l’ouvrage concernant Jean Maury se poursuit. Nous arrivons au chapitre 7. Beaucoup de travail fut entamé depuis. Ceci ne nous laissant pas la possibilité de rédiger des billets sur ce support, nous vous présentons toutes nos excuses. Toute personne souhaitant obtenir un extrait en PDF du document peut nous contacter sur l’adresse électronique suivante : guery.arthur@orange.fr. Nous vous répondrons avec grand plaisir.

Ces quelques mots1«  à mes camarades de misères » concentrent à eux seuls toutes les difficultés rencontrées par un jeune homme du monde agricole au sein des baraquements du STO Autrichien. Dans la poursuite du roman dont le titre est enfin figé : « Souvenirs d’Autriche » il était nécessaire de se documenter sur les conditions de détention des hommes au sein des baraquements. Mais aussi, sur les conditions de travail au sein des usines. 

Par réaction en chaine tout cela nous a amené naturellement à nous interroger sur une multiplicité de facettes que l’on ne pouvait envisager sans avoir étudié les deux éléments précédents. Nous pouvons énumérer par exemple les relations entre les Français mais aussi les relations entretenues avec les « meister » ou encore les relations établies avec la population locale. 

De fait, l’ouvrage sur lequel nous nous sommes basé est intituléLes STO Histoire des Français requis en Allemagne nazie 1942-1945.Il a été rédigé par Patrice Arnaud et permet de « saisir » la teneur du contexte et surtout l’évolution mentale de ces jeunes agriculteurs et étudiants. Toutes ses descriptions sont minutieuses. Bien sur, nous ne ferons pas de description (volontairement) de cet ouvrage afin que vous puissiez vous-même vous forger votre propre avis en le consultant et surtout afin de ne pas paraphraser ce dernier. Ce billet ce concentrera sur la sociologie / état mental de notre jeune homme. Notre volonté est de créer une possible comparaison avec les descriptions provenant de l’ouvrage de Patrice Arnaud. Cela a pour avantage de rédiger des mémoires se situant au plus près de la réalité et de comprendre les sentiments de Jean Maury. 

Succinctement, Jean Maury énumère lorsqu’il se situait au sein des baraquements des conditions météorologiques extrêmement compliquées dès son arrivée. 

Premier point majeur, car venant de Normandie le climat est tout à fait différent. Les cellules du corps ne réagissent pas de la même façon, notamment lorsque le corps manque d’hydratation et surtout lorsqu’il est anémié. Ce climat très froid en hiver brulait les calories de nos jeunes hommes provoquant la nécessité d’obtenir des ressources alimentaires plus importantes … chose qui n’était pas souvent le cas. Ajoutons à cela que les vêtements n’étaient pas souvent adéquates et venaient à manquer avec les différentes restrictions.

Ceci nous amène au second point extrêmement bien explicité au sein de l’ouvrage de Patrice Arnaud. Il nous fait découvrir que les rations sont faibles et ne correspondent pas aux besoins que regroupe la charge de travail infligée aux jeunes travailleurs. En effet, en activité nos jeunes brulaient environ 2700 à 3200 kcal par jour. Or ils devaient en recevoir à peine 1900 kcal. 

Les tickets alimentaires sont difficiles à trouver et le marché noir trouvait ses adeptes. Chose que l’on retrouve lors de l’arrivée de Jean à la « cantine collective » mais aussi avec Coutille (ami de Jean) qui parvient à dégoter de nombreux lots pour ses amis et lui même. La contrebande ayant pour but de contourner les normes imposées par les « gardes » allemands et surtout à se procurer des aliments et objets dont ils n’étaient plus accoutumés. Cela permettait aussi de conserver leur santé mentale. C’était un petit plus essentiel qui permettait d’enjoliver les moments les plus difficiles. 

Troisième point important : les relations avec les « meister » allemands. Patrice Arnaud énumère des relations rudes. Ceux sont des hommes aguerries connaissant leur travail. D’où parfois leur incompréhension face aux jeunes hommes ayant du mal à s’habituer aux cadences et à la technicité de leur travail. Jean trouva extrêmement pénible d’être sous les ordres de ces hommes, les confrontations furent multiple. Il était néanmoins essentiel de ne pas « pousser » trop loin la mésentente avec ces hommes. Les jeunes du STO pouvaient en fonction de la période et du contexte, recevoir des réprimandes. Cela pouvait être des retenues sur salaires, de l’isolement voir un envoi en camps de concentration pour les cas les plus extrêmes. 

Enfin, l’entente avec les habitants pouvait s’incrire dans deux rapports opposés. Soit il y avait un contact établie. Les « boches » étaient aussi des mères et des pères de fils envoyés au combat. Il y avait une forme d’identification positive pour les jeunes français venant travailler dans ces régions, cela aurait pu être leurs fils. A contrario, il existait des rapports conflictuels avec une totale rupture avec la population. Pour notre cas, Jean était un homme sociale s’acclimatant particulièrement bien. Il apprit la langue assez rapidement ce qui lui permit d’entretenir de réels liens avec la famille pour laquelle il travaillait. Comme Jean des relations de jeunes hommes/femmes s’établirent, parfois cela menait au mariage. Mais à la libération les choses reprenaient la plupart du temps son cours. Le mariage était rompu et les jeunes hommes repartaient dans leur pays d’origine. 

Pour conclure ce billet, nous nous attarderons sur l’univers mental de ces jeunes hommes. Le froid, le manque de nourriture, les relations entretenues avec la population Allemande venaient accentuer tout un contexte extrêmement difficile à vivre. A l’heure ou nous vivons dans le confort il est difficile d’imagine ce que nous aurions pu ressentir. Ajoutons qu’ils étaient privés d’informations ou détenaient pour seul « vérité » la propagande allemande (ou les réseaux d’informations clandestines). Ceci conditionnait à leur retour des hommes extrêmements endurcis entretenant des relations difficiles avec leurs proches ou amis.

Jean Maury à son retour démontra son attachement à de nombreuses valeurs. Il détenait un profond respect pour le travail, la nourriture et les bonnes relations avec autrui. Il n’était néanmoins pas marqué psychologiquement par les évènements. Il avait surtout développé une forte convivialité et détenait un fort attachement pour les moments collectifs en famille. Ces évènements ont aussi accentué son côté travailleur, il ne cessa jamais d’être en activité. 

Mentalement il revint extrêmement fort mais aussi extrêmement empathique. Il cherchait au maximum à limiter la conflictualité avec autrui. Il développa aussi un fort attrait pour le communisme, la promiscuité avec ses camarades était peut être un élément à prendre en compte.

Enfin, nous pouvons dire que le STO, ou accord tacite par l’État français à envoyer des jeunes loin de leur patrie nourrir une économie étrangère par leur travail, conditionna toute une génération. Très peu parlèrent de cette période du fait que ce soit une « honte » d’avoir servit l’ennemi. La peur de la stigmatisation eu pour conséquence un renfermement se soldant par un acharnement au travail. 

Avec notre regard extérieur, nous pouvons qu’être gratifiant envers ces hommes. Leur courage et leur témérité permit à notre société le partage de valeurs extrêmement fortes et essentielles pour un pays en reconstruction.

1 Mots rédigés à la main au dos d’une photographie de dimension 10x15cm en noir et blanc datée de 1944 représentant Jean Maury seul. 

Billet n°3 : Souvenirs d’Autriche

Avertissements :

Après quelques mois de recherche de nombreuses archives ont été découvertes. Nous tenons de prime abord, à remercier Alain Alexandra, soit le chargé d’études documentaires principal, Chef de la division archives des victimes des conflits contemporains, pour nous avoir transmis :

– 1 fiche médicale de rapatriement établie de 11 juin 1945

– 1 contrat de travail, date : 1943

– 1 fiche de paiement de l’indemnité d’équipement 1944

– 1 fiche provenant de l’ Office du Placement Allemand (O.P.A)

Ces éléments sont cruciaux, ils confirment le témoignage provenant de Bérengère HAVARD, soit la petite fille de Jean MAURY. Mais aussi, nous permettent de géolocaliser l’ensemble du périple de Jean MAURY.

                                                         (parenthèse)

Nous observons qu’étudier le périple d’un homme peut avoir pour effet de nous absorber. Nous avons le sentiment de faire qu’un et de perdre notre identité propre. Ajoutons que, lorsqu’il s’agit d’une personne qui fait partie de notre propre famille, l’ordre de l’intime provoque des sensations encore jamais ressenties. Lors de la réception des documents d’archives (ayant plus de 70 ans), ce fut comme une résurrection. La personne disparue réapparait textuellement. Or, nous notons que, tel un coup de hache sur les racines d’un arbre, cela peut avoir pour effet de balayer toute envie de publication. L’ordre du privé prend le dessus sur toutes choses et provoque un blocage psychique. Ceci explique peut être le ralentissement de notre étude..

Billet 3 : Souvenirs d’Autriche

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean MAURY a énuméré une convocation pour le Service du Travail Obligatoire. Nos recherches nous ont menées sur un ensemble de lois élaborées par le gouvernement de Vichy. En effet, en 1943 ( afin de répondre à la demande allemande exigeant de la main d’oeuvre) un dispositif normatif (en février) va provoquer la réquisition d’hommes se situant dans une tranche d’âge de 21 à 23 ans. Jean Maury né en 19221fut donc concerné.

Il à reçu sa convocation le 9 Juin 19432. Le 23 Juin 1943 ce dernier détenait (déjà) un contrat de travail3lui permettant de se rendre en Allemagne et plus particulièrement l’Autriche. Cette source est pour nous un élément primordiale. En effet, lorsque nous en étudions son contenu il est fait mention de la Gare de destination, l’office de travail ainsi que de l’entreprise. De fait, Jean MAURY a été envoyé à la gare de « NIEDERDONAU » (gare de destination) se situant à « HIRTENBERG » afin de travailler au sein de l’entreprise « Gustloffwerke A.C. ». Ces éléments nous permettent de géolocaliser la première partie de son périple :

Sur cette carte (google map) le curseur nous indique la situation d’ Hirtenberg. Il s’agit d’une petite commune autrichienne d’environ 2 000 habitants se situant à environ 1500 km du lieu de départ de Jean MAURY. Son climat « pannonien continental » est sec et chaud l’été mais aussi très froid l’hiver (ceci expliquant pourquoi Jean MAURY expliquait à sa petite fille pourquoi il était obligé de conserver ses vêtements sous son matelas par peur du gèle ..).

En ce qui concerne l’entreprise « Gustloffwerke A.C. » il s’agirait d’une entreprise produisant des carabines d’entrainement. Nous retrouvons une association avec le fabricant « Walther » en 1939-1945. Semble t-il Jean aurait été réquisitionné afin de servir dans un premier temps au sein de cette usine (à reconfirmer). Néanmoins, ce dernier étant cultivateur de formation4, un élément perturbateur le met au service d’une famille autrichienne détenant une ferme. D’un tempérament sociable, Jean MAURY a rapidement sympathisé avec cette famille. Notons que cet élément n’est pas écrit sur le document concerné, de fait il nous faudra approfondir ce point.

Nous notons qu’outre ces éléments faisant mention de l’Allemagne & de l’Autriche, le témoignage de madame Havard Bérengère nous indique que Jean MAURY s’est rendu en Mongolie, mais aussi en Russie. Ce dernier aurait été rappelé en 1945 afin de revenir en France. Il est revenu en France par Marseille (passant par la même occasion par l’Egypte etc). Un document provenant de la Direction des affaires de réquisitions et d’occupation semble confirmer ces propos. En effet, il est fait mention d’un retour « par Marseille »5. Aussi, une fiche médicale confirme également les propos de madame HAVARD concernant la date de retour. Nous avons la mention d’un 26 Juin 1945. De fait, ces éléments viennent confirmer un périple de plus de 24 mois, soit 2 ans.

Nous avons espoir de parvenir à prouver la véracité de ce périple, mais aussi par la même occasion, a compléter de nombreuses zones floues.

Notes de bas de page :

1AC 27P 5005 Age mentionnée sur la fiche de départ (1943).

2Selon la Fiche de convocation n°745694 (retrouvée chez lui)

3AC 27P 5005 Contrat de travail datant de 1943

4Élément que nous retrouvons mentionné : AC 27P 5005 FICHE MEDICALE I209645

5FICHIER J.O.F.T.A mention «  Rap . 9-6-45par Marseille » Fiche Matricule n° 1511905

Billet 2 : « Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours … » Marguerite Duras

Note d’avertissement :  – Afin de constituer l’armature de notre étude concernant la migration d’un homme durant la Seconde Guerre mondiale nous nous attardons sur les évènements de son enfance et de son adolescence. Ici les sources utilisées ne sont autres que le témoignage de sa petite fille en lignée directe, Madame Bérengère Havard (descendante de HAVARD Chantal née MAURY) qui a répondu positivement à toutes nos questions. Nous lui en témoignons toute notre reconnaissance et gratitude. Ensuite, d’autres documents ont été utilisés afin de justifier et de prouver la véracité du témoignage tel que les actes d’État civil que nous avons pu consulter sur le site des archives départementale de Normandie (outil dont nous soulignons l’importance).

– nous émettons toujours des réserves sur certains éléments. (s’ils sont faux nous les corrigerons au fil de notre étude)

Notre histoire débute avec  Jean Paul MAURY  né le 3 (ou 13 non retenu) décembre 1922, à « La ferme de Rouxmesnil ». Sa naissance fut recensée à la mairie de Saint Mards par son père Auguste Louis MAURY alors âgé de 43 ans. Il s’agissait d’une petite commune à proximité de Belmesnil en Normandie2. Il est issu d’une famille de 12 enfants (élément que nous développerons plus tard) , sa mère se nommait LEMARCHAND Marie Madeleine née en 1887 (sans profession) et son père comme dit précédemment, se nommait Auguste Louis MAURY (cultivateur) né en 18793. Jean n’a jamais connu son grand-père Robert Séverin MAURY décédé en 1909.

Il est important de mettre en exergue l’appartenance sociale de cette famille (cela nous sera utile pour notre étude). Pour cela nous avons sollicités l’usage des actes civils. Ce cheminement  nous a permis de remonter jusqu’en 1796. Les générations antérieures témoignent d’un fort ancrage dans le monde de l’agriculture. Nous avons retrouvés la mention de « cultivateur » pour chacun des hommes désignés. Concernant les femmes, elles sont parfois désignées sans profession ou alors comme « cultivatrice ». Cette qualification est souvent utilisée à la mort de leur mari. Nous pouvons émettre l’hypothèse que dans le cadre d’apport de revenus complémentaires, ces dernières pratiquaient la « proto-industrie » c’est-à-dire l’élaboration d’objets (souvent en lien avec l’industrie du textile) à domicile pour des industriels ou alors elles contribuaient au travail des champs quand elles n’étaient pas enceintes ou ne s’occupaient pas des enfants.

Revenons à Jean. Sa vie d’enfant fut rythmée par les travaux à la ferme et  l’école (l’école restant obligatoire jusqu’à l’âge 13 ans)4. Il partagea à sa petite fille les péripéties liées à sa scolarité. Nous apprenons qu’il devait parcourir (aller-retour) 24 kilomètres à pieds soit environ 4 heures de marche, parfois dans le froid, la pluie et le vent. Son père ne témoignait pas d’importance à la valeur de l’enseignement, lui même ne semblait pas faire l’usage fréquente de l’écriture, même si précisons le, il la maitrisait. ( Nous avons observé dans les actes civils que le tracé des lettres de Louis Auguste Maury était souvent maladroit et parfois difficilement déchiffrable )

De fait il sollicita leurs bras pour les travaux des champs très rapidement et ne leur permit pas de poursuivre leurs études. Cependant, Jean témoigna d’un fort attachement à l’éducation tout au long de sa vie. Il partagea avec passion l’amour pour l’école et le respect de ce qui y était enseigné. L’un de ses vœux les plus chers aurait été de poursuivre ses études. Il faut souligner que cet empêchement fut probablement la source de sa curiosité et surtout de son avidité pour la maitrise des langues, tel que le Russe et l’Allemand. Sa bibliothèque était nourrie d’ouvrages historiques comme La Révolution française d’Albert Soboul ou encore On a livré la ligne maginot de Roger Bruge.

Malgré nos lacunes concernant l’enfance et l’adolescence de Jean. Nous pouvons affirmer, qu’il fut très respectueux envers ses ainés et était homme de valeurs.

Outre les éléments que nous avons énumérés précédemment, un élément nous projette dans sa vie d’adulte. Il s’agit d’un acte provenant du commissariat général du service du travail obligatoire (plus communément nommé S.T.O) daté du 9 Juin 1943. Cet élément permet de savoir qu’il est envoyé à l’âge de 21 ans en Allemagne afin de répondre aux demandes faites par l’État Français. (loi du 4 Septembre 1942 astreignant la population à un travail obligatoire renforcée par décret le 27 Mars 1943). Les hommes nés en 1920, 1921 et 1922 étaient les premiers concernés. Nous émettons l’hypothèse que ce service durant en principe deux ans, il s’agissait davantage  d’un service militaire.

De fait, Après avoir passé une visite médicale à Rouen Jean MAURY fut donc envoyé en Allemagne au sein d’un Stalags. il est rapidement envoyé  (toujours selon le témoignage de sa petite fille Bérengère) au sein d’une ferme en Autriche5 (vu selon les sources comme un « privilège ». La détention était moins lourde).

C’est ici le point de départ de sa migration, qui nous l’espérons nous permettra de retracer l’ensemble de son « périple ».

 

 

Notes de fin de page :

1 Marguerite Duras dans : Des journées dans les arbres. Gallimard :1954.

2 Source confirmée par acte émanant du centre de recensement pour le travail obligatoire daté du 9 Juin 1943

3 Source provenant de l’acte de mariage de Louis Auguste MAURY et LEMARCHAND Marie Madeleine COTE : 4E 19329 disponible au centre des archives départementales de Seine Maritime .

4 Voir loi du 28 mars 1882

5Element qui nous provient d’une photo laissée par Jean avec une  signature « Souvenir d’Autriche ». (L’Autriche fut annexée en 1938 par l’Anschluss.)

Étude d’une migration entre 1939-1945

Thématique : étude d’une migration au cours de la seconde guerre mondiale.

L’idée principale, est “d’éplucher” une bibliographie conséquente afin de structurer et de consolider la recherche autour d’un axe historique solide. De mettre en exergue une étude anthropologique et sociale. Relative à un homme de condition modeste provenant d’un milieu rural. (Le fait d’interroger les sources en amont permettra de démontrer s’il s’agit d’un cas marginal ou bien à contrario, d’un cas classique. Aussi, tous ces éléments s’inscriront dans un cadre géographique. Nous permettant d’observer le renouvellement d’un processus migratoire au sein du XXe siècle et notamment lié au grand conflit que fut la seconde guerre mondiale.

La finalité de ces recherches, a pour ambition la rédaction d’un ouvrage romancé reposant entièrement sur des faits dont la véracité sera prouvée par le biais de ce travail effectué en amont. Comme vous vous en doutez, ce carnet me permettra de démontrer tout un processus de réflexion autour de sources provenant essentiellement des archives. D’émettre des hypothèses, ou de partager des questions vis à vis de zones d’ombres.

Ce thème sera traité avec autant de professionnalisme possible. Et tentera d’emprunter les outils que tout historien.ne professionnel.le pourrait utiliser.