Billet n°3 : Souvenirs d’Autriche

Avertissements :

Après quelques mois de recherche de nombreuses archives ont été découvertes. Nous tenons de prime abord, à remercier Alain Alexandra, soit le chargé d’études documentaires principal, Chef de la division archives des victimes des conflits contemporains, pour nous avoir transmis :

– 1 fiche médicale de rapatriement établie de 11 juin 1945

– 1 contrat de travail, date : 1943

– 1 fiche de paiement de l’indemnité d’équipement 1944

– 1 fiche provenant de l’ Office du Placement Allemand (O.P.A)

Ces éléments sont cruciaux, ils confirment le témoignage provenant de Bérengère HAVARD, soit la petite fille de Jean MAURY. Mais aussi, nous permettent de géolocaliser l’ensemble du périple de Jean MAURY.

                                                         (parenthèse)

Nous observons qu’étudier le périple d’un homme peut avoir pour effet de nous absorber. Nous avons le sentiment de faire qu’un et de perdre notre identité propre. Ajoutons que, lorsqu’il s’agit d’une personne qui fait partie de notre propre famille, l’ordre de l’intime provoque des sensations encore jamais ressenties. Lors de la réception des documents d’archives (ayant plus de 70 ans), ce fut comme une résurrection. La personne disparue réapparait textuellement. Or, nous notons que, tel un coup de hache sur les racines d’un arbre, cela peut avoir pour effet de balayer toute envie de publication. L’ordre du privé prend le dessus sur toutes choses et provoque un blocage psychique. Ceci explique peut être le ralentissement de notre étude..

Billet 3 : Souvenirs d’Autriche

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean MAURY a énuméré une convocation pour le Service du Travail Obligatoire. Nos recherches nous ont menées sur un ensemble de lois élaborées par le gouvernement de Vichy. En effet, en 1943 ( afin de répondre à la demande allemande exigeant de la main d’oeuvre) un dispositif normatif (en février) va provoquer la réquisition d’hommes se situant dans une tranche d’âge de 21 à 23 ans. Jean Maury né en 19221fut donc concerné.

Il à reçu sa convocation le 9 Juin 19432. Le 23 Juin 1943 ce dernier détenait (déjà) un contrat de travail3lui permettant de se rendre en Allemagne et plus particulièrement l’Autriche. Cette source est pour nous un élément primordiale. En effet, lorsque nous en étudions son contenu il est fait mention de la Gare de destination, l’office de travail ainsi que de l’entreprise. De fait, Jean MAURY a été envoyé à la gare de « NIEDERDONAU » (gare de destination) se situant à « HIRTENBERG » afin de travailler au sein de l’entreprise « Gustloffwerke A.C. ». Ces éléments nous permettent de géolocaliser la première partie de son périple :

Sur cette carte (google map) le curseur nous indique la situation d’ Hirtenberg. Il s’agit d’une petite commune autrichienne d’environ 2 000 habitants se situant à environ 1500 km du lieu de départ de Jean MAURY. Son climat « pannonien continental » est sec et chaud l’été mais aussi très froid l’hiver (ceci expliquant pourquoi Jean MAURY expliquait à sa petite fille pourquoi il était obligé de conserver ses vêtements sous son matelas par peur du gèle ..).

En ce qui concerne l’entreprise « Gustloffwerke A.C. » il s’agirait d’une entreprise produisant des carabines d’entrainement. Nous retrouvons une association avec le fabricant « Walther » en 1939-1945. Semble t-il Jean aurait été réquisitionné afin de servir dans un premier temps au sein de cette usine (à reconfirmer). Néanmoins, ce dernier étant cultivateur de formation4, un élément perturbateur le met au service d’une famille autrichienne détenant une ferme. D’un tempérament sociable, Jean MAURY a rapidement sympathisé avec cette famille. Notons que cet élément n’est pas écrit sur le document concerné, de fait il nous faudra approfondir ce point.

Nous notons qu’outre ces éléments faisant mention de l’Allemagne & de l’Autriche, le témoignage de madame Havard Bérengère nous indique que Jean MAURY s’est rendu en Mongolie, mais aussi en Russie. Ce dernier aurait été rappelé en 1945 afin de revenir en France. Il est revenu en France par Marseille (passant par la même occasion par l’Egypte etc). Un document provenant de la Direction des affaires de réquisitions et d’occupation semble confirmer ces propos. En effet, il est fait mention d’un retour « par Marseille »5. Aussi, une fiche médicale confirme également les propos de madame HAVARD concernant la date de retour. Nous avons la mention d’un 26 Juin 1945. De fait, ces éléments viennent confirmer un périple de plus de 24 mois, soit 2 ans.

Nous avons espoir de parvenir à prouver la véracité de ce périple, mais aussi par la même occasion, a compléter de nombreuses zones floues.

Notes de bas de page :

1AC 27P 5005 Age mentionnée sur la fiche de départ (1943).

2Selon la Fiche de convocation n°745694 (retrouvée chez lui)

3AC 27P 5005 Contrat de travail datant de 1943

4Élément que nous retrouvons mentionné : AC 27P 5005 FICHE MEDICALE I209645

5FICHIER J.O.F.T.A mention «  Rap . 9-6-45par Marseille » Fiche Matricule n° 1511905