“A mes camarades de misères” Jean Maury

Parenthèse : Actuellement l’ouvrage concernant Jean Maury se poursuit. Nous arrivons au chapitre 7. Beaucoup de travail fut entamé depuis. Ceci ne nous laissant pas la possibilité de rédiger des billets sur ce support, nous vous présentons toutes nos excuses. Toute personne souhaitant obtenir un extrait en PDF du document peut nous contacter sur l’adresse électronique suivante : guery.arthur@orange.fr. Nous vous répondrons avec grand plaisir.

Ces quelques mots1«  à mes camarades de misères » concentrent à eux seuls toutes les difficultés rencontrées par un jeune homme du monde agricole au sein des baraquements du STO Autrichien. Dans la poursuite du roman dont le titre est enfin figé : « Souvenirs d’Autriche » il était nécessaire de se documenter sur les conditions de détention des hommes au sein des baraquements. Mais aussi, sur les conditions de travail au sein des usines. 

Par réaction en chaine tout cela nous a amené naturellement à nous interroger sur une multiplicité de facettes que l’on ne pouvait envisager sans avoir étudié les deux éléments précédents. Nous pouvons énumérer par exemple les relations entre les Français mais aussi les relations entretenues avec les « meister » ou encore les relations établies avec la population locale. 

De fait, l’ouvrage sur lequel nous nous sommes basé est intituléLes STO Histoire des Français requis en Allemagne nazie 1942-1945.Il a été rédigé par Patrice Arnaud et permet de « saisir » la teneur du contexte et surtout l’évolution mentale de ces jeunes agriculteurs et étudiants. Toutes ses descriptions sont minutieuses. Bien sur, nous ne ferons pas de description (volontairement) de cet ouvrage afin que vous puissiez vous-même vous forger votre propre avis en le consultant et surtout afin de ne pas paraphraser ce dernier. Ce billet ce concentrera sur la sociologie / état mental de notre jeune homme. Notre volonté est de créer une possible comparaison avec les descriptions provenant de l’ouvrage de Patrice Arnaud. Cela a pour avantage de rédiger des mémoires se situant au plus près de la réalité et de comprendre les sentiments de Jean Maury. 

Succinctement, Jean Maury énumère lorsqu’il se situait au sein des baraquements des conditions météorologiques extrêmement compliquées dès son arrivée. 

Premier point majeur, car venant de Normandie le climat est tout à fait différent. Les cellules du corps ne réagissent pas de la même façon, notamment lorsque le corps manque d’hydratation et surtout lorsqu’il est anémié. Ce climat très froid en hiver brulait les calories de nos jeunes hommes provoquant la nécessité d’obtenir des ressources alimentaires plus importantes … chose qui n’était pas souvent le cas. Ajoutons à cela que les vêtements n’étaient pas souvent adéquates et venaient à manquer avec les différentes restrictions.

Ceci nous amène au second point extrêmement bien explicité au sein de l’ouvrage de Patrice Arnaud. Il nous fait découvrir que les rations sont faibles et ne correspondent pas aux besoins que regroupe la charge de travail infligée aux jeunes travailleurs. En effet, en activité nos jeunes brulaient environ 2700 à 3200 kcal par jour. Or ils devaient en recevoir à peine 1900 kcal. 

Les tickets alimentaires sont difficiles à trouver et le marché noir trouvait ses adeptes. Chose que l’on retrouve lors de l’arrivée de Jean à la « cantine collective » mais aussi avec Coutille (ami de Jean) qui parvient à dégoter de nombreux lots pour ses amis et lui même. La contrebande ayant pour but de contourner les normes imposées par les « gardes » allemands et surtout à se procurer des aliments et objets dont ils n’étaient plus accoutumés. Cela permettait aussi de conserver leur santé mentale. C’était un petit plus essentiel qui permettait d’enjoliver les moments les plus difficiles. 

Troisième point important : les relations avec les « meister » allemands. Patrice Arnaud énumère des relations rudes. Ceux sont des hommes aguerries connaissant leur travail. D’où parfois leur incompréhension face aux jeunes hommes ayant du mal à s’habituer aux cadences et à la technicité de leur travail. Jean trouva extrêmement pénible d’être sous les ordres de ces hommes, les confrontations furent multiple. Il était néanmoins essentiel de ne pas « pousser » trop loin la mésentente avec ces hommes. Les jeunes du STO pouvaient en fonction de la période et du contexte, recevoir des réprimandes. Cela pouvait être des retenues sur salaires, de l’isolement voir un envoi en camps de concentration pour les cas les plus extrêmes. 

Enfin, l’entente avec les habitants pouvait s’incrire dans deux rapports opposés. Soit il y avait un contact établie. Les « boches » étaient aussi des mères et des pères de fils envoyés au combat. Il y avait une forme d’identification positive pour les jeunes français venant travailler dans ces régions, cela aurait pu être leurs fils. A contrario, il existait des rapports conflictuels avec une totale rupture avec la population. Pour notre cas, Jean était un homme sociale s’acclimatant particulièrement bien. Il apprit la langue assez rapidement ce qui lui permit d’entretenir de réels liens avec la famille pour laquelle il travaillait. Comme Jean des relations de jeunes hommes/femmes s’établirent, parfois cela menait au mariage. Mais à la libération les choses reprenaient la plupart du temps son cours. Le mariage était rompu et les jeunes hommes repartaient dans leur pays d’origine. 

Pour conclure ce billet, nous nous attarderons sur l’univers mental de ces jeunes hommes. Le froid, le manque de nourriture, les relations entretenues avec la population Allemande venaient accentuer tout un contexte extrêmement difficile à vivre. A l’heure ou nous vivons dans le confort il est difficile d’imagine ce que nous aurions pu ressentir. Ajoutons qu’ils étaient privés d’informations ou détenaient pour seul « vérité » la propagande allemande (ou les réseaux d’informations clandestines). Ceci conditionnait à leur retour des hommes extrêmements endurcis entretenant des relations difficiles avec leurs proches ou amis.

Jean Maury à son retour démontra son attachement à de nombreuses valeurs. Il détenait un profond respect pour le travail, la nourriture et les bonnes relations avec autrui. Il n’était néanmoins pas marqué psychologiquement par les évènements. Il avait surtout développé une forte convivialité et détenait un fort attachement pour les moments collectifs en famille. Ces évènements ont aussi accentué son côté travailleur, il ne cessa jamais d’être en activité. 

Mentalement il revint extrêmement fort mais aussi extrêmement empathique. Il cherchait au maximum à limiter la conflictualité avec autrui. Il développa aussi un fort attrait pour le communisme, la promiscuité avec ses camarades était peut être un élément à prendre en compte.

Enfin, nous pouvons dire que le STO, ou accord tacite par l’État français à envoyer des jeunes loin de leur patrie nourrir une économie étrangère par leur travail, conditionna toute une génération. Très peu parlèrent de cette période du fait que ce soit une « honte » d’avoir servit l’ennemi. La peur de la stigmatisation eu pour conséquence un renfermement se soldant par un acharnement au travail. 

Avec notre regard extérieur, nous pouvons qu’être gratifiant envers ces hommes. Leur courage et leur témérité permit à notre société le partage de valeurs extrêmement fortes et essentielles pour un pays en reconstruction.

1 Mots rédigés à la main au dos d’une photographie de dimension 10x15cm en noir et blanc datée de 1944 représentant Jean Maury seul. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.